FAQ

Les 10 principales questions que vous devez préparer pour savoir y répondre

Un entrepreneur en crise va être assailli de questions de la part de ses clients, des fournisseurs, des investisseurs, des parties prenantes et des médias. Et il n’aura souvent pas envie d’y répondre, car insuffisamment préparé. Mais s’il ne communique pas efficacement, il risque de mettre sa réputation en danger.

  1. Que s’est-il passé ?

  2. Qu’est-ce que cela veut dire pour moi (se mettre à la place de toutes les parties-prenantes) ?

  3. Qui est responsable ?

  4. Comment cela s’est-il produit ?

  5. Depuis combien de temps êtes-vous au courant ?

  6. Avez-vous eu des problèmes similaires avant ?

  7. Qu’allez-vous mettre en œuvre pour éviter que cela se reproduise ?

  8. Que faites-vous pour aider les « victimes » et quelles mesures avez-vous prises ou allez-vous prendre ?

  9. Que faites-vous pour engager des procédures contre les personnes responsables ?

  10. Quelles sont les prochaines étapes de la gestion de crise ?

Le terme « gestion de crise » regroupe l’ensemble des dispositifs et actions mises en oeuvre pour éviter, anticiper, détecter et gérer les crises pouvant porter atteinte à l’image et à l’activité de la marque, entreprise ou organisation. La gestion de crise vise donc à tenter à la gérer et à limiter au maximum ses effets négatifs sur la structure.

Pour l’accompagner, il existe différents Plans comme le PCA, le POI, PPI, Plans Orsec, Plan de gestion de crise, etc.

Que comprend un dispositif de gestion de crise ?
Un dispositif de gestion de crise comprend donc généralement :
– des actions visant à réduire les risques de crises (analyse SWOT, gouvernance éditoriale et plaidoyer, qualité produits et services, cartographie des parties-prenantes, cartographie des risques et des crises, etc.);
– des mesures destinées à anticiper les crises (création de la cellule de crise, site web de crise, procédures, outils numériques, etc.);
– des actions de veille destinées à la détection et au suivi de crise sur les réseaux sociaux et média sociaux;
– les actions de gestion d’une crise déclarée (communication de crise, actions d’adaptation et correctrices, etc.).

Plus l’organisation va anticiper sa gestion de crise par définition, (soit parce que la réglementation le commande : Seveso, installations classées, ERP, etc.), soit par décision de gouvernance pour protéger ses assets, plus elle assurera une résilience de sa structure. Mais elle économisera aussi : du temps, de la compétence et de l’argent.

Recourir à une agence ou un cabinet spécialisé en gestion de crise et de communication de crise comme Nitidis est fondamental pour mener à bien cette démarche d’excellence. Cela vous permettra de bénéficier de toute sa rare expertise en gestion de crise. Celle-ci est basée sur l’accompagnement de centaines de clients aux problématiques variées.

Le plan de communication de crise traite de l’organisation et des responsabilités en matière de communication, des messages, des procédures et des instructions relatives aux rapports et à la communication, ainsi que des moyens de communication disponibles.

Ce plan rassemble toutes les consignes stratégiques et pratiques utiles à son déploiement.

Cela passe par l’analyse des risques, à la répartition des missions et des tâches ainsi que de la logistique au sein de la cellule de communication de crise, jusqu’à la communication effective.

Il doit également englober la stratégie digitale. La composition de ce plan doit être simplifiée au maximum afin d’être immédiatement exploitable en situation sensible ou de crise.

Vous pouvez vous faire accompagner par des experts pour le réaliser.

Nitidis est un des leaders sur le marché en matière de communication de crise. Faites appel à lui pour vous accompagner dans cette démarche d’excellence.

Définition du guide de gestion de crise
La préparation à la crise est l’aboutissement souhaité de la préparation organisationnelle, du management de crise, du Plan de continuité de l’activité (PCA – Business Continuity Plan – BCP) et d’autres activités et processus organisationnels comme le guide de gestion de crise.

La préparation à la crise comporte cinq composantes majeures :
1) une capacité de réaction rapide en cas de crise ;
2) une connaissance suffisante des scénarios de gestion de crise ;
3) l’accès du management à ce guide de gestion de crise ;
4) la précision de la planification stratégique de crise dans l’entreprise ;
5) une bonne communication interne et externe (les collaborateurs, les IRP, les actionnaires, clients, sous-traitants, les médias, médias et réseaux sociaux…).

Pour l’accompagner, il existe différents Plans comme le PCA, le POI, PPI, Plans Orsec, Plan de gestion de crise, etc.

Pour le cabinet Nitidis, il est important que le Guide de gestion de crise soit immédiatement opérationnel ! Il faut donc bien dissocier les Guides souvent très imposants. Comme pouvant être des dossiers d’analyse des risques, des fiches de matières dangereuses, des protocoles opérationnels, des PCA…; du guide de gestion de crise.

Ce dernier doit être utile, compris et compréhensible. Il est souvent réalisé en fonction des situations (typologie des crises), leur intensité et occurrence. Ce sont surtout : une matrice organisationnelle, un annuaire à jour, des fiches réflexes par fonction et les NPO (Ne pas Oublier) qui sont les actions essentielles à réaliser ou vérifier.

Un dispositif de gestion de crise comprend donc généralement :
– des actions visant à réduire les risques de crises (analyse SWOT, gouvernance éditoriale et plaidoyer, qualité produits et services, cartographie des parties-prenantes, cartographie des risques et des crises, etc.);
– des mesures destinées à anticiper les crises (création de la cellule de crise, site web de crise, procédures, outils numériques, etc.);
– des actions de veille destinées à la détection et au suivi de crise sur les réseaux sociaux et média sociaux;
– les actions de gestion d’une crise déclarée (communication de crise, actions d’adaptation et correctrices, etc.).

Plus l’organisation va anticiper sa gestion de crise par définition, (soit parce que la réglementation le commande : Seveso, installations classées, ERP, etc.), soit par décision de gouvernance pour protéger ses assets, plus elle assurera une résilience de sa structure. Mais elle économisera aussi : du temps, de la compétence et de l’argent.

Recourir à une agence ou un cabinet spécialisé en gestion de crise et de communication de crise comme Nitidis est fondamental pour mener à bien cette démarche d’excellence. Cela vous permettra de bénéficier de toute sa rare expertise en gestion de crise basée sur l’accompagnement de centaines de clients aux problématiques variées proches des vôtres.